[On joue à des jeux de société, épisode 13] V-Commandos : À la guerre, comme à la guerre !

culture geek

Par Feel le

Les amis, c’est la guerre ! Non, Trump n’a pas traité Kim Jong-un de petit gros (ah si ? il l’a fait ?), je vous parle de la vraie grosse guerre la plus historiquement discutée (parce que la plus récente), à savoir la Seconde Guerre mondiale. Et les nazis sont partout, y compris les premiers à la boulangerie pour choper les croissants chauds. Ça n’est plus possible, alors tous les pays défenseurs des libertés décident d’envoyer leurs meilleurs commandos (dont vous faites partie). On n’est pas dans la me… non, vous avez raison, faut croire en vous. Pensée positive, tout ça.

Fiche d’identité

Nom : V-Commandos
Auteur : Thibaud de la Touanne
Illustrateur : Bruno Tatti & Vincent Filipiak
Éditeur : Triton Noir
Genre de jeu : Infiltration / Guerre / Coopératif
Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 1 à 4 / 12+ / 90 min
Date de sortie : Janvier 2017
Prix conseillé : 50 euros

V-Commandos vous propose de vous mettre dans la peau d’un commando d’élite, seul ou accompagné d’un à trois ami(e)s, pour aller virer les Boches hors de France, si possible en en éliminant quelques-uns le plus discrètement possible. Qu’on se le dise, on n’est pas ici dans de l’Améritrash bourrin, mais bien dans un jeu d’infiltration à la finesse bien plus importante que ne pourrait le laisser penser l’emballage. Pour vous en sortir, il va falloir développer un esprit de stratège, savoir rester discret… et éviter les copains ivres.
Vous devrez littéralement opérer dans l’ombre, tenter de rester caché le mieux possible, tant une attaque frontale peut vite se solder par votre mort. V-Commandos se voulant réaliste, vous n’avez que peu de chances de vous en sortir si vous n’êtes que trois et que vous déclenchez une alarme dans une caserne pleine de nazis. Alors il va falloir la jouer cool, et surtout communiquer avec vos camarades de jeu. Car oui, V-Commandos se joue en coopératif. Tous ensemble contre l’ennemi commun, l’envahisseur venu de Mars… heu d’Allemagne, pardon.

Du travail de pro

Afin d’accomplir au mieux vos missions (infiltration, sabotage, pose d’une bombe et autres activités qu’on peut trouver pour se marrer en temps de guerre), vous allez incarner des commandos venant de différents pays et possédant tous des capacités propres. Spécialiste des armes, des explosifs ou encore l’habituel « médic », les aficionados du genre se retrouveront tout de suite dans le bain. Vous pourrez même récupérer un uniforme SS et vous faire passer pour un ennemi, afin d’infiltrer certaines zones les doigts dans le nez (figurativement hein, parce que littéralement, c’est un coup à se faire choper).

Et comme il est facile de mourir, dans une cantine pleine d’Allemands qui mangent avec leur fusil posé à côté d’eux, énervés par le fait de manger un Bœuf Bourguignon au lieu de leurs habituelles Bratwurst, vous allez vite comprendre que la pression est plus qu’un élément de jeu, elle devient votre compagne jusqu’à la fin de la partie. Nombreuses seront les fois où vous gagnerez sur le fil, de justesse, parfois en ayant perdu un pote en chemin (parce qu’il sera mort durant la mission, ou qu’il aura abusé du combo M&M’s / Bière). On ne s’ennuie clairement pas, quand on joue à V-Commandos. On n’a pas le temps.

Tu m’vois ? Tu m’vois plus.

L’autre gros avantage de cette excellente surprise qu’est V-Commando, c’est son mode solo. Il arrive qu’on trouve des modes solo qui ont l’air d’avoir été pensés à la dernière minute, juste parce que c’est à la mode. Ce n’est pas le cas ici. Vous aurez réellement le sentiment de jouer à un jeu fait pour le solo. Et si vous préférez égorger du Boche à plusieurs (mais que des nazis, hein, vous ne touchez pas au vacancier qui met des chaussettes avec des sandalettes, hein), les scenarii ont été pensés pour être joués jusqu’à 4 commandos.

Choisissez votre histoire, vos personnages, faites la mise en place correspondante, et c’est parti pour une aventure qui va très vite s’avérer bien plus immersive qu’on ne l’aurait imaginé. On est vite pris au jeu, grâce notamment à une notice extrêmement bien écrite et bien pensée qui, bien qu’elle fasse tout de même 24 pages, a la brillante idée de vous proposer des mini-missions d’entraînement au fur et à mesure qu’elle vous apprend des éléments de gameplay. On est dans du pur didacticiel de jeu vidéo, et ça fonctionne parfaitement. Si l’on regrettera juste l’absence de minifigs pour les commandos et les ennemis, cela ne vient clairement pas nuire au plaisir de jeu, et on peut même comprendre ce choix, quand on voit la quantité de matos dans la boite.

On aime

– Un vrai co-op bien pensé
– Un mode solo qui tient la route
– La notice, très très bien foutue
– La rejouabilité importante
– Le très beau matos

On n’aime pas

– On aurait bien aimé des figurines, pour une immersion totale

En conclusion

Très clairement une des meilleures surprises de l’année, V-Commandos a été rapidement épuisé lors de sa sortie et a été récemment réédité. Disponible en petites quantité, il ne va pas falloir trop traîner si vous décidez d’en faire l’acquisition, surtout si l’univers ou la mécanique vous parlent. Pensez- à vous, c’est bientôt Noël !

Nos autres critiques de jeux

–>> Sbires
–>> Smash Up
–>> Diamant
–>> The 7th Continent
–>> Les Aventuriers du rail – Europe
–>> Doggie Bag
–>> We are the word
–>> Complots
–>> Kitty Paw
–>> Décrocher la lune
–>> Photosynthesis
–>> Feeding Zombies