En 2019-2020, Ubisoft enregistre une perte de plus de 120 millions d’euros

Business

Par Felix Gouty le

Malgré la popularité record de l’annonce du nouvel Assassin’s Creed : Valhalla, Ubisoft a subi une perte financière conséquente en 2019-2020. Face à la situation pandémique actuelle, le studio français revoit ses futurs objectifs à la baisse mais compte toujours sur la sortie de 4 autres titres AAA.

Crédits : Ubisoft.

Si la récente présentation du prochain Assassin’s Creed : Valhalla reste sur toutes les lèvres (ou claviers), Ubisoft ne se porte pas exactement comme un charme. Le géant français du jeu vidéo a récemment publié son bilan financier pour la période (ou l’exercice, dans le jargon) allant du 1er avril 2019 au 31 mars 2020. L’an dernier, il était parvenu à réaliser un profit net de 100 millions d’euros tout rond. Cette année, Ubisoft montre une perte de 125,6 millions d’euros. Comme la firme le détaille dans son rapport, elle a réalisé en 2019-2020 1,594 milliards de recettes (contre 1,845 l’an passé) mais a accusé le coup avec des dépenses s’élevant à 1,654 milliards d’euros – pourtant, légèrement inférieures à celles de 2018-2019 – en plus d’autres taxes obligatoires. “Comme attendu, les résultats financiers sur l’exercice sont très en deçà de nos attentes initiales”, se justifie simplement Frédérick Duguet, directeur financier d’Ubisoft, dans un communiqué.

De ce fait, et en conséquence des effets de la pandémie actuelle de COVID-19, la firme a décidé de revoir légèrement à la baisse ses objectifs financiers l’an prochain. “La transition vers le travail à domicile a eu des répercussions à court terme sur notre production, pour l’instant limitées à quelques semaines, explique Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft. Les prochains mois nous en diront plus sur notre capacité à tenir notre calendrier de lancements. Par ailleurs, la crise économique interroge, entre autres, sur les conditions d’opération de nos partenaires commerciaux et sur l’évolution de la consommation.” Si elle est justifiée, Ubisoft paie actuellement le prix de cette prudence préventive : le cours de son action en bourse a baissé de 2,86% (à 67,2 euros l’action).

La solution ? Rassembler les joueurs sous une bannière viking

Crédits : Ubisoft.

Ubisoft se félicite néanmoins de l’engagement accru de ses clients, d’autant plus en période de confinement. Très peu de temps après le lancement de ce dernier en France, la firme avait proposé plusieurs offres de jeux gratuits afin d’encourager les gamers français à rester chez eux. “Dans le cadre de cette campagne, nous avons offert trois jeux très appréciés de notre catalogue sur PC : Child of Light, Rayman Legends, et Assassin’s Creed II, rappelle Ubisoft dans un communiqué. Ces jeux ont été téléchargés 9 millions de fois au total.” En parallèle, l’annonce récente du nouvel opus de la saga Assassin’s Creed semble avoir battu des records : son trailer a été “le plus vu de toute l’histoire d’Ubisoft” selon l’attaché de presse du studio. Ce dernier aurait en effet accumulé plus de 100 millions de vues dans les dix premiers jours après sa première diffusion sur YouTube et l’ensemble des réseaux sociaux.

En conclusion, malgré un exercice 2019-2020 décevant d’un point de vue financier et une situation économique mondiale inquiétante, Ubisoft ne semble pas avoir abandonné l’idée de frapper un grand coup avec l’émergence de la neuvième génération du jeu vidéo. En 2020-2021, le studio français a prévu le lancement de cinq titres majeurs, ou AAA, dont Assassin’s Creed : Valhalla, Watch Dogs : Legion, Gods & Monsters, (le désormais tristement nommé) Rainbow Six Quarantine ainsi que celui d’une “franchise non-annoncée.” Compte tenu du climat économique, il dit néanmoins se réserver l’option de décaler la sortie de l’un d’entre eux à plus tard. De plus, selon 9To5Google, Ubisoft serait même prêt à investir davantage dans l’inclusion de ses jeux sur la plateforme de “cloud-gaming” de Google, Stadia, quoi qu’il se concentre actuellement sur GeForce NOW, celle de NVIDIA.

Ubisoft : 30 ans de création...
  • 224 Pages - 11/10/2016 (Publication Date) - Les Deux Royaumes (Publisher)