Les Mac M1 supportent Windows 10 ARM (et c’est plus rapide que sur une Surface)

Apple

Par Remi Lou le

Les nouveaux Mac M1 n’en finissent plus de nous offrir des (bonnes) surprises. Un développeur est en effet parvenu à faire tourner la version ARM de Windows 10 sur un nouveau Mac avec puce Apple Silicon, et les performances sont bluffantes.

Crédits : Gustavo Espíndola via Unsplash

Les critiques spécialisées ne tarissent pas d’éloges sur les nouveaux Mac équipés de la puce Apple M1. Puissance, autonomie, et même compatibilité avec les anciennes applications Intel grâce à Rosetta 2, Apple semble, dès la première génération, avoir réussi le pari d’imposer une solution ARM viable sur ses ordinateurs. Néanmoins, un doute persistait encore pour les utilisateurs qui utilisent leurs Mac pour faire tourner Windows. L’idée peut paraître saugrenue, mais elle a ses adeptes, dont certains qui doivent obligatoirement passer par l’OS de Microsoft pour accomplir certaines tâches et qui n’ont qu’un ordinateur d’Apple à disposition. Autrefois, la firme facilitait même l’installation de Windows sur ses ordinateurs avec un utilitaire maison baptisé BootCamp, preuve que la manipulation n’a rien d’une obscure combine. Néanmoins, cet utilitaire a disparu sur les Mac M1, laissant l’utilisateur se débrouiller avec des solutions tierces comme CrossOver 20, un nouvel émulateur Windows pour les nouveaux Mac ARM.

Pour ces utilisateurs de Mac ET de Windows, il reste pourtant de l’espoir. Alexander Graf, un développeur, est en effet parvenu à faire fonctionner une version de Windows ARM sur un Mac avec une puce M1. Pour cela, il s’est servi du logiciel open source QEMU et a utilisé un patch permettant de se passer de la traduction des apps x86 pour la puce M1. Selon lui, la manipulation est encore un brin expérimentale, et le tout n’est pas forcément très stable, mais les performances sont clairement au rendez-vous. Dans des benchmarks parus sur Geekbench 5 et relayés par MSPowerUser, un MacBook M1 sous Windows 10 s’est même avéré plus rapide qu’une Surface Pro X 2, ordinateur pourtant conçu par Microsoft ! Le convertible de la firme de Redmond a en effet obtenu un résultat de 799 en single core et 3089 en multi-core, contre 1288 en single core et 5449 points en multi-core pour le MacBook M1.

La méthode a beau s’apparenter à du bidouillage, il n’en reste pas moins qu’elle semble fonctionner. Reste à voir si Microsoft proposera de lui-même la version ARM de Windows pour les nouveaux Mac équipés de puces Apple Silicon, puisque cette version de Windows n’est pas officiellement proposée par Microsoft à l’achat. Par ailleurs, pour ceux qui hésitaient encore à se procurer un Mac M1 mais qui cherchent à savoir si leurs applications seront bel et bien compatibles, un développeur a créé un mini-site disponible ici permettant de savoir précisément si vos anciennes apps tourneront sur votre nouveau Mac.