Dossier

Votre PC sera-t-il capable de faire tourner les casques de réalité virtuelle ?

Par Corentin le

La presse et le public parlent beaucoup de la réalité virtuelle. Les constructeurs et les acteurs de l’industrie ne manquent pas de démontrer leur engouement pour les perspectives que vont ouvrir ces périphériques. Une bonne partie de ces acteurs pensent d’ailleurs sincèrement qu’il s’agit du « next big thing ». Il n’y a maintenant pas un salon où il n’est pas possible d’essayer un casque, qu’il s’agisse de l’Oculus Rift, du PlayStation VR ou du HTC Vive et le « wow effect » qui en découle est souvent le principal élément qui fait gonfler cet enthousiasme.

VR- time-magazine-cover

Cependant, pour deux de ces casques, un point est souvent omis et il s’agit des configurations qui seront requises pour faire tourner les jeux en VR dans de bonnes conditions. Car si le PlayStation VR est une solution plug and play qui utilisera les ressources fixes de la PS4, l’Oculus Rift et le HTC Vive utiliseront quant à eux les ressources du PC. L’expérience pourra ainsi varier du très impressionnant à la nausée quasi immédiate en fonction de votre bécane.

AMD et NVIDIA, les deux principaux constructeurs de cartes graphiques, ont pris conscience des enjeux derrière les configurations qui pourront faire tourner la réalité virtuelle de manière convaincante. Il sera donc important pour eux (et pour le consommateur) d’indiquer clairement quelles cartes graphiques acheter et pour quel casque.

Car les besoins sont importants. Le Vive et l’Oculus fonctionnent avec un taux de rafraîchissement de 90 images par secondes minimum. Multipliez par la définition cumulée des deux écrans (soit 2 fois 1080 * 1200), ce qui donne 2160 * 1200 à afficher, soit plus de 230 millions de pixels par secondes. Ajoutez à cela la puissance de calcul qu’il faut pour afficher les deux angles de vue nécessaires, ainsi que les efforts qu’il faudra faire pour réduire la latence entre la prise en compte des déplacements de la tête et les répercussions en jeu et vous comprendrez aisément que le petit ordinateur de bureau de base ne pourra pas permettre une bonne expérience VR. Il vous faudra donc une bonne carte graphique, les 8 Go de mémoire vive réglementaires ainsi qu’un processeur i5 d’une génération pas trop ancienne pour bénéficier de performances fluides.

Oculus Rift Photos

D’ailleurs, que ce soit du côté de NVIDIA ou d’AMD, le constat est le même : il vous faudra un ordinateur actuel à 1 000 euros pour avoir la patate nécessaire. Et il faut garder en tête qu’il faudra y ajouter le prix du casque, soit 699 € pour l’Oculus Rift. Pas encore de prix pour le HTC Vive, mais le constructeur a déjà annoncé qu’il serait le plus cher de casques. À ce niveau-là, le PlayStation VR sera certainement l’expérience VR la moins chère (même avec le prix de la PS4). Les cadres de Sony ont malgré tout annoncé qu’il faudra s’attendre au prix d’une console. Attendez-vous donc à un prix avoisinant les 400 euros (donc au moins 700 euros pour le casque plus la machine).

Il y aura donc bien plusieurs gammes de VR. Il y aura le bas de gamme, ce sera le smartphone que l’on mettra dans son casque, comme le Samsung Gear VR. Gadget et récréatif, mais certainement pas immersif. Le milieu de gamme sera représenté par le PlayStation VR qui aura l’avantage d’être très facile d’utilisation, mais dont il ne faudra pas demander les meilleures performances. Enfin, le haut de gamme, le PC, représenté par le Vive et l’Oculus Rift, mais qui va demander des configurations exigeantes et qui ira taper dans les 1 700 euros si on part de rien.

oculus rift

[nextpage title= »Que proposent les constructeurs ? »]

Ce que propose AMD

AMD a dressé une liste de cartes graphiques capables d’assurer une expérience de réalité virtuelle de qualité. La somme des technologies dédiées et mises en avant se nomme Liquid VR. Elle permet la réduction de la latence et augmentera les performances sur les cartes citées ci-dessous. Le constructeur préconise ainsi l’utilisation de cartes graphiques de la gamme R9 en tout cas pour l’Oculus Rift. Pas encore de conseils particuliers pour le Vive pour le moment, mais il n’y a aucune raison qu’on s’éloigne de cette sélection. Comptez donc au grand minimum 250 euros pour les premières cartes graphiques. Pour le reste, on est dans le haut de gamme, voire le très haut de gamme. Voici les cartes compatibles avec le Liquid VR :

• Série R9 290
• R9 295X2
• Série R9 390
• R9 Nano
• Série R9 Fury

Liquid VR devrait également servir de label afin d’identifier rapidement les produits recommandés de la marque, qu’il s’agisse d’ordinateurs avec technologie AMD embarquée ou cartes graphiques.

AMD Liquid VR

Pour plus d’information, vous pouvez également visiter la page d’AMD dédiée à la VR.

Ce que propose NVIDIA

NVIDIA préconise d’utiliser une carte au moins aussi performante que la GTX 970. Comptez donc entre 300 et 400 euros pour les premiers prix.

• Série GTX 970
• Série GTX 980
• Série GTX 980ti

NVidia cartes VR

Le constructeur a ajouté un onglet de réalité virtuelle dans son environnement logiciel, GeForce Experience. Il permet de voir d’un coup d’œil si la configuration utilisée est propice à la réalité virtuelle.

GeForce Experience

Le constructeur compte par ailleurs utiliser un label, GeForce GTX VR Ready, pour permettre aux consommateurs d’identifier les ordinateurs et les cartes graphiques compatibles avec la réalité virtuelle.

Pour plus d’information, vous pouvez également visiter la page de NVIDIA dédiée à la VR.

Ce que propose le Journal du Gamer

Attendez. N’y allez pas les yeux fermés, et attendez.

jack-black-octagon

La première raison, évidente : le prix. Avec l’annonce du prix exorbitant de l’Oculus Rift, on vous conseille de garder votre argent pour le moment. Les sommes requises sont trop importantes et les prix, avec le temps, finiront forcément par baisser. Que ça soit pour les casques ou les configurations.

La deuxième raison : la technologie n’en sera que mieux maîtrisée. Évidemment, les constructeurs travaillent d’arrache-pied avec les fabricants de casques et les développeurs de moteurs pour permettre l’expérience la plus fluide possible. Cependant, la coordination de ces savoir-faire sera plus solide une fois que les premières vagues de problèmes et de résolutions seront passées. Autant vous éviter ça et laisser ceux dont c’est le travail (ou la passion) se battre à votre place pour tout faire marcher. Les casques, aussi, auront certainement le droit à leurs améliorations.

La troisième raison : les jeux. Certains jeux seront évidemment disponibles, comme EVE Valkyrie, offert avec l’Oculus Rift. D’autres seront adaptés pour fonctionner avec la VR, mais les bonnes expériences de réalité virtuelle ne seront, a priori, pas si nombreuses que ça au lancement. En plus, celui qui risque d’avoir la meilleure offre à ce moment-là risque bien d’être Sony. Inutile donc de se presser.

La réalité virtuelle sur PC risque bien d’être un loisir très coûteux, au moins au début. Mais si vous souhaitez quand même passer le pas dès le printemps prochain, date de livraison prévue des premiers Oculus Rift, on vous conseille de suivre les indications des fabricants de cartes graphiques. Car il n’y a rien de pire qu’une expérience en réalité virtuelle qui vous donne la nausée.