Test

[Test] Mario Kart Live – Home Circuit : Le plombier passe-t-il le contrôle technique ?

Jeux Vidéo

Par Amandine Jonniaux le

À mi-chemin entre la voiture téléguidée et le jeu vidéo, Nintendo lance cette semaine Mario Kart Live Home Circuit, une déclinaison IRL de son mythique jeu de course.

Avec une sortie prévue le 16 octobre 2020, Mario Kart Live : Home Circuit est sans conteste l’une des plus grosses surprises vidéoludiques de cette année. Dans la lignée de Super Mario 3D All-Stars, ou de la Game and Watch : Super Mario Bros, Nintendo poursuit les festivités liées au 35e anniversaire de Super Mario Bros, sorti en 1985 sur Famicom et NES. Habitué à casser les codes avec des concepts uniques — on se souvient de la série Nintendo Labo, sortie en 2018, c’est avec une véritable voiture téléguidée que le constructeur japonais revient cette année, bien décidé à transformer notre salon en circuit de course vrombissant.

La nouvelle star du Salon de l’auto

Crédits JDG

Dans l’imposante boîte de Mario Kart Live : Home Circuit, on retrouve un kart de 20 cm de long à l’effigie de Mario, ou de son frère Luigi. Premier constat, l’objet se révèle de très bonne facture, avec des finitions soignées et un joli design. Le genre de pièce qu’on peut exposer fièrement aux côtés de nos figurines lorsque le kart est au stand d’arrêt. À voir comment la voiture résistera à l’usure après quelques accidents.

Le pack intègre aussi plusieurs accessoires en carton, à savoir quatre portiques numérotés, faisant office de checkpoints, et deux panneaux fléchés. Si ces derniers ont l’air relativement robustes, on s’attendait à des matériaux un peu plus résistants, surtout dans un jeu où le risque de collision semble inévitable. De son côté, le logiciel n’est pas directement fourni dans le pack de jeu, puisqu’il n’est accessible qu’en version dématérialisée. Inutile non plus de chercher un éventuel code de téléchargement, puisqu’il est disponible gratuitement sur le Nintendo eShop.

Après avoir téléchargé le logiciel (960 Mo), le couplage de la console avec le kart s’avère d’une simplicité enfantine. Un unique bouton permet de synchroniser la voiture avec le jeu en quelques minutes, juste après quoi Lakitu vous badigeonne les roues de peinture violette (heureusement virtuelle) pour délimiter les limites de votre premier circuit. Il suffit alors de réaliser un tour de piste en passant un à un les portiques, et la course peut débuter. On craignait que l’installation soit quelque peu fastidieuse, mais il faut bien admettre qu’elle se révèle vraiment simple, et nous permet de lancer une première session de jeu en moins de 10 minutes, mises à jour comprises.

Tuner la voiture, mais aussi le circuit

Que les fans de la licence initiée en 1992 se rassurent : même s’il prend place hors de notre console, Mario Kart Live : Home Circuit reste dans la lignée de ses prédécesseurs, reprenant quasiment à la lettre les ingrédients d’une recette qui fonctionne depuis plus de 25 ans. On retrouve ainsi un menu de jeu aux airs de stand d’arrêt, qui permet notamment de gérer les nombreuses personnalisations du kart et du personnage, mais aussi les différents modes de jeu, à savoir Grand prix, Contre-la-montre, Course personnalisée et Mode miroir. Même si les effets de personnalisation n’ont évidemment aucun impact IRL, les complétistes apprécieront de pouvoir débloquer l’ensemble des skins proposés au fur et à mesure de leur progression.

Une fois notre salon transformé en circuit, le top départ est donné. Pour éviter de (littéralement) tourner en rond, Nintendo permet de diversifier notre parcours au travers plusieurs personnalisations ingame, qui impacteront directement le jeu. On retrouve ainsi, en vrac :

  • 4 catégories de moteur (50CC, 100CC, 150CC et 200CC) permettant au kart d’augmenter sa vitesse maximum de course
  • 11 environnements (Rainbow Road, Aquatique, Rétro ou encore Blizzard) capables de booster ou au contraire de perturber le kart
  • 12 fonctions de portiques, proposant des récompenses ou des interactions différentes

Autant d’options qui permettent de varier les plaisirs, sur un circuit qui avouons-le, restera la plupart du temps fondamentalement le même (rapport au fait qu’on ne change pas de salon toutes les semaines). C’est d’ailleurs sur cette mécanique que reposent les Grands Prix, puisque ces derniers se composent de trois courses, uniquement différenciées par leurs environnements et les bonus qu’elles contiennent.

Jeu réel, course virtuelle (ou l’inverse)

Avec sa caméra embarquée, le kart du plombier moustachu transforme notre salon — ou n’importe quelle pièce de la maison d’ailleurs, en véritable circuit de course. Combiner voiture téléguidée et jeu vidéo grâce à la réalité augmentée, il faut bien admettre que Mario Kart Live : Home Circuit s’offre des allures de rêve d’enfant, avec une approche particulièrement régressive. Les interactions entre réel et virtuel sont d’ailleurs assez bluffantes. Chaque perturbation ingame (carapace rouge, champignon…) obligera le kart à s’arrêter net quelques secondes, ralentir, ou au contraire bénéficier d’un pic d’accélération. À l’inverse, chaque obstacle que rencontrera la voiture dans le monde réel lui fera perdre des pièces, mais aussi du temps. Concernant les portiques aussi, les choses semblent plutôt bien pensées. On aurait largement préféré des accessoires plus robustes, capables de supporter les impacts avec le kart sans être inévitablement emportés, mais la reconnaissance de chaque portique s’avère rapide et automatique. Même en arrivant de biais ou à l’envers, le jeu n’a aucun problème pour les détecter et les prendre en compte.

Si IRL, le kart s’offre une vitesse course très limitée (même en 200CC), l’effet de vitesse grâce à la caméra est bel et bien présent. Les yeux rivés sur l’écran, on n’est donc pas à l’abri de heurter quelques pieds de table aperçus trop tard, et l’esquive de certains obstacles se révèle souvent plus périlleuse que prévu. Résultat, on zigzague entre les meubles, tout en évitant in extremis les objets lancés par les ennemis, et le résultat est au final plutôt plaisant. De son côté, le kart encaisse les accrochages sans broncher, et semble plutôt résistant.

Le jeu ne permet pas de faire des captures d’écran. Ces images ont été prises avec un appareil externe

Le multijoueur

Si nous n’avons pas eu l’occasion de tester le mode multijoueur sur Mario Kart Live : Home Circuit, Nintendo promet jusqu’à quatre joueurs en local, à condition que chacun possède son propre kart… et sa propre console. On ne doute évidemment pas que l’exercice doit être grisant, mais il se révèle surtout particulièrement cher, à raison de 99,99€ par kit de jeu. Le temps où il était possible de jouer jusqu’à huit en local avec une seule cartouche sur Mario Kart DS semble définitivement révolu. C’est dommage, car on perd vraiment les notions de partage et de famille prônées par Nintendo. Heureusement, assister à une course côté spectateur et voir le kart cartonner des murs à tour de bras reste plaisant, et permettra aux plus impatients d’oublier qu’avec un seul véhicule, chacun devra attendre son tour pour jouer.

Innovant mais limité

Le concept même de Mario Kart Live : Home Circuit est une réussite incontestable. Pourtant, le jeu se heurte à de nombreuses contraintes, d’abord matérielles. Si ce dernier n’est pas du tout pensé pour l’extérieur, le constructeur japonais annonce une portée maximale de 5 mètres par rapport à la console, ce qui est relativement peu. Ainsi, il faudra obligatoirement disposer d’un grand espace relativement vide (exit les salons exigus ou trop encombrés) pour profiter du jeu. N’espérez pas passer d’une pièce à une autre, la portée du kart est rapidement compromise dès qu’un mur s’interpose. N’essayez pas non plus de vous lancer dans la création d’un circuit trop alambiqué. Nintendo conseille de rester sur des parcours simples, et il faut bien admettre que c’est la configuration qui reste la plus agréable pour jouer sans trop galérer, même si elle n’est pas des plus originale.

Le jeu ne permet pas de faire des captures d’écran. Ces images ont été prises avec un appareil externe

De notre côté, notre expérience de jeu a régulièrement été gênée par des chutes de framerate survenues principalement pendant les Grands Prix. Des lags relativement légers, mais qui se révèlent au final assez problématiques lors d’une course, où précision et vitesse sont les clés de la victoire. De plus, si le kart est qualitatif, et semble plutôt bien résister aux chocs, on aurait apprécié la présence de phares destinés à éclairer le circuit. En effet, si en pleine journée la caméra fait bien le travail, le rendu s’assombrit rapidement au fur et à mesure que la nuit tombe, même dans un environnement éclairé artificiellement. Enfin, si la réalité augmentée s’impose comme l’un des atouts de ce nouveau Mario Kart, elle constitue aussi une des limites du jeu, car contrairement à notre kart, nos adversaires Koopalings ne sont pas soumis à l’environnement réel, et peuvent donc passer à travers certains obstacles.

Où acheter Mario Kart Live : Home Circuit ?

MARIO KART LIVE HOME CIRCUIT MARIO

amazon
99.00
Vérifier le prix
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Notre avis

Une fois n’est pas coutume, Nintendo frappe très fort en proposant avec Mario Kart Live : Home Circuit, une expérience vidéoludique inédite et résolument bien pensée. Mais il faut bien garder en tête que le jeu n’a pas vocation à remplacer un Mario Kart classique, mais plutôt à devenir un rendez-vous de jeu ponctuel auquel on s’essaie de temps en temps. Outre ses petits lags réguliers Mario Kart Live : Home Circuit s’avère au final plutôt réussi, même si ses nombreuses contraintes techniques, et son prix particulièrement élevé, n’en font pas un jeu destiné à tout le monde. Si vous avez un animal de compagnie, un salon trop petit, encombré, ou si tout simplement vous n’êtes pas certain.es de profiter régulièrement du jeu, mieux vaut réfléchir à deux fois avant d’investir 99,99€ dans la voiture téléguidée du plombier moustachu, aussi rutilante soit-elle.

Les plus
Les moins
  • Le kart et ses finitions
  • Le concept innovant
  • Le prix
  • Trop de lags
  • La portée du kart