Spotify, ce champion du streaming musical sans le sou

Android

Par Elodie le

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Spotify, leader des plateformes de streaming musical et champion toute catégorie en terme d’abonnés, bénéficie d’une croissance folle pour 2015 mais n’a toujours pas réussi à dégager le moindre centime.

spotify-champion-streaming-argent-

À l’air des capitalisations mirobolantes d’Apple, Google et consorts, Spotify fait figure d’exception : non seulement le poids lourd de la musique en ligne, qui se targue d’être « la deuxième source de chiffre d’affaires pour l’industrie musicale », n’est toujours pas coté en Bourse (ce qui ne devrait plus tarder), mais il ne gagne toujours pas d’argent. Ce qui revient à dire qu’au contraire, qu’il en perd.

Les comptes annuels de la holding luxembourgeoise du groupe, Spotify Technologies, obtenus auprès du registre de commerce et des sociétés sont à ce titre édifiants.

Ainsi, pour 2015, malgré un chiffre d’affaires qui s’est envolé à 1,945 milliards de dollars, réalisant une augmentation de 80 % par rapport à l’année précédente (+45 % en 2014 et + 70 % en 2013), Spotify accuse une perte nette de 173 millions de dollars, soit un déficit en augmentation de 7 %. À l’instar de Twitter, acteur majeur de la Silicon Valley, qui a réussi à installer durablement son service au sein de la planète web, mais qui n’a toujours pas réussi à gagner de l’argent.

« Notre chiffre d’affaires publicitaire a presque doublé, en hausse de 98 %, et le nombre d’utilisateurs actifs chaque mois, de 60 millions fin 2014, a augmenté à plus de 89 millions fin 2015, dont plus de 28 millions d’abonnés payants », s’est ainsi félicité la direction des actionnaires.

Spotify explique toutefois cette perte nette par « des investissements substantiels réalisés au cours de l’année, principalement dans le développement du produit, l’expansion internationale et l’augmentation des effectifs ».

spotify_croissance_perte_argent

« Nous croyons que notre modèle apportera une rentabilité à grande échelle. […] Nous pensons que nous générerons un chiffre d’affaires conséquent à mesure que notre envergure augmentera, et que […] nos marges s’amélioreront », ajoute la firme.

Spotify n’a d’autres choix que d’avancer et de se développer, notamment en faisant signer davantage d’artistes sur sa plateforme, concurrencée par les exclusivités proposées par Apple Music, qui bénéficie de moitié moins d’abonnés payants (11 millions), et de Tidal, encore très loin derrière, mais aussi en diversifiant ses activités.

Son entrée dans la production de séries, avec douze programmes en chantier; et le développement de son offre Famille sont autant de signes en ce sens. .

Source: Source