Accostez vous-même sur l’ISS avec le simulateur de navigation de SpaceX !

Espace

Par Felix Gouty le

Le 27 mai, deux astronautes de la NASA embarqueront à bord de la navette Crew Dragon de SpaceX, direction l’ISS. Une simulation de l’interface de navigation avec laquelle ils accosteront sur la Station est disponible sur le web, que chacun puisse jouer à l’astronaute.

Crédits : SpaceX.

Adieu les joysticks façon Apollo 13 ou Interstellar et bonjour aux contrôles numérisés ! SpaceX, l’entreprise aérospatiale d’Elon Musk, a dévoilé ce à quoi ressemble le module de navigation de son vaisseau Crew Dragon ainsi qu’un simulateur qui le reproduit à l’identique pour que chacun s’y essaie. Jim Bridenstine, l’administrateur en chef de l’Agence aérospatiale américaine (NASA) et ancien pilote, a lui-même tenté sa chance et avoue avoir accosté virtuellement la Station spatiale internationale (ISS) sans encombre, du premier coup.

Pour rappel, la capsule de navigation Crew Dragon de SpaceX emmènera deux astronautes de la NASA, Robert Behnken et Douglas Hurley, jusqu’à l’ISS à la fin du mois. Crew Dragon sera lancé par la fusée Falcon 9, qui décollera le 27 mai prochain de Floride. Le déplacement du vaisseau vers l’ISS sera assuré par un système de pilotage automatique conçu par SpaceX mais pourra recourir, si besoin, à l’expertise des navigateurs humains. Ces derniers pourront alors gérer le mouvement de la capsule en jouant avec deux paires de flèches directionnelles et sur une série de paramètres résumés dans une lunette de visée. Les astronautes doivent s’armer de patience et surtout d’une grande précision pour accoster l’ISS sans incident. Il en va de même dans le simulateur publié par Space X – et accessible ici – dans lequel le joueur doit réussir à s’approcher du sas d’entrée de l’ISS en ayant tous les voyants dans le vert et sous la barre des 0,2. Le défi est, en réalité, de taille surtout à mesure que le joueur approche dangereusement de l’ISS. Tout est une question de précision et de dosage, pour réussir la manœuvre. Preuve qu’être astronaute n’est vraiment pas donné à tout le monde.