Test

[Test] Salto : la plateforme qui réconcilie (presque) avec la télé

Cinéma

Par Amandine Jonniaux le

Disponible depuis cette semaine, la nouvelle plateforme Salto nous promettait une alternative crédible et surtout française aux géants du divertissement déjà installés sur le marché. On débriefe le service, qui s’avère finalement plus intéressant qu’il n’y paraît.

Lancé le 20 octobre 2020, Salto c’est la nouvelle plateforme de SVOD française destinée à concurrencer Netflix, Amazon Prime Vidéo et Disney+. Le service réunit ainsi 19 chaînes, réparties entre les groupes TF1 (TF1, TFX, TMC, TF1 Séries Films, LCI, TV Breizh, Ushuaïa TV et Histoire TV), M6 (M6, W9, 6ter, Téva, Paris Première et Gulli) et France Télévision (France 2, France 3, France 4, France 5 et France Infos). Un véritable melting-pot de la télévision hertzienne, qui nous promettait une expérience utilisateur simplifiée, ainsi que de nombreux programmes en SVOD en supplément. Actuellement, Salto propose à ses (futurs) abonnés de profiter d’un mois gratuit. L’occasion pour nous de tester le service, et de vous livrer nos premiers retours.

Une interface agréable et efficace

En ouvrant Salto, la première bonne surprise, c’est son interface. Le service arbore une direction artistique lisible et très moderne, en s’offrant un faux air de Disney+. Concernant l’application mobile aussi, l’expérience utilisateur s’avère particulièrement agréable, avec une navigation fluide et claire.

Il est possible créer au maximum sept profils utilisateurs, avec à chaque fois la possibilité de les paramétrer comme étant destinés à des enfants. À noter que les profils Kids, à l’image de ce qui se fait déjà sur Netflix par exemple, permettent uniquement d’avoir accès aux catalogues Gulli, Gulli Max, TFou (TF1) et Okoo (France TV), avec des programmes répartis selon trois tranches d’âges (3 à 5 ans, 6 à 8 ans et 9 à 12 ans). Concernant les profils classiques, le catalogue se répartit quant à lui en deux services différents, à savoir la télévision en direct, et la vidéo à la demande.

Le replay (presque) repensé

L’une des grandes promesses de Salto à son lancement était de simplifier le replay hertzien. C’est chose faite avec le service de rattrapage intégré à la plateforme, qui permet désormais d’avoir accès à l’intégralité des contenus M6, TF1 et France TV en une seule interface, plus lisible et surtout plus pratique. Il faut dire que depuis déjà quelques années, et notamment grâce à l’avènement de la SVOD, notre consommation télévisuelle n’est plus la même. Avec des emplois du temps toujours plus chargés, et du contenu quasiment illimité disponible à portée de clic, la télévision telle qu’on la connaît est devenue, pour beaucoup, bien trop contraignante. C’est justement sur ce créneau-là que Salto se positionne, en proposant une offre personnalisable et plus adaptée à nos habitudes de consommation, qui tend à nous réconcilier avec la télévision hertzienne en nous rappelant que sur petit écran aussi, il existe des programmes qui valent le détour (même si ces derniers sont souvent noyés dans la masse).

Grâce au service de replay de Salto, on peut ainsi découvrir des documentaires particulièrement intéressants (mais sans doute diffusés à des horaires incongrus à la télévision), tout en profitant d’un service à la carte, qui permet d’en profiter au rythme que l’on souhaite. Plus généralement, on peut retrouver l’ensemble des programmes hertziens en replay, sans avoir à passer par les différents services de rattrapage propre à chaque chaîne, qui se révèlent souvent assez peu ergonomiques. Le tout sans publicité, et en illimité. En revanche, et contrairement à Netflix, il n’est pas possible de télécharger de contenu pour un visionnage hors connexion, et de nombreux programmes disponibles sur la plateforme s’avèrent incomplets. C’est notamment le cas des séries quotidiennes, comme Plus belle la vie (France 3) ou Demain nous appartient (TF1), mais aussi de certaines séries diffusées actuellement à la télévision, comme Elementary (Téva) ou encore Downtown Abbey (France 4), qui sont pourtant accessibles en intégralité sur Amazon Prime Video.

La télévision… en mieux

En plus de centraliser un ambitieux service de replay pour l’ensemble des chaînes et des programmes disponibles, Salto permet aussi à ses abonnés d’accéder à la télévision en direct, histoire de ne pas trop perturber son public en se concentrant uniquement sur la VOD. Via une interface générale, il est ainsi possible de voir d’un coup d’œil l’ensemble des programmes diffusés en ce moment sur les groupes TF1, M6 et France Télévision, et d’y accéder d’un simple clic. Si vous avez loupé le début du téléfilm de l’après-midi sur TF1, ou que vous êtes arrivé.es en retard pour la soirée spéciale Halloween du Meilleur Pâtissier, pas de panique. Plutôt que de devoir attendre que votre émission se termine pour le regarder en replay, Salto permet d’un simple clic, de revenir directement au début du programme, qui entamera une lecture en léger différé par rapport à sa diffusion en direct.

Crédits Salto

Qu’il s’agisse de regarder ses programmes TV en direct ou en replay, il faut bien admettre que Salto nous a surpris, en proposant non seulement une interface moderne, bien loin de ce qu’on imaginait, mais aussi un service efficace, permettant d’avoir facilement accès à l’ensemble des chaînes et des programmes qui nous intéresse.

La VOD, nécessaire mais insuffisante

On l’a déjà dit, le service de replay de Salto se heurte rapidement à ses limites, avec des programmes parfois intéressants, mais souvent incomplets. C’est sans doute pour compenser ce défaut (et justifier les 6,99€ par mois d’abonnement) que la plateforme propose également un joli service de SVOD, qui se pose cette fois en concurrent direct des géants de la SVOD. On retrouve ainsi plusieurs films et séries cultes au catalogue Salto, allant de Buffy contre les Vampires à X-Files, en passant par la saga Rocky, Dirty Dancing ou encore Ma Famille d’abord. Service français oblige, les productions bleu blanc rouge sont largement mises en avant, avec notamment l’intégrale d’Un gars une fille, Les Demoiselles de Rochefort ou encore La Gloire de mon Père. La plateforme assure aussi des highlights sur quelques grands noms du cinéma français, en proposant également plusieurs films de Truffaut, Belmondo, Coluche ou encore Catherine Deneuve. Vous l’aurez compris, côté SVOD, Salto ne mise clairement pas sur une avalanche de nouveautés, mais préfère se concentrer sur un catalogue de classiques, que l’on trouvera plus difficilement chez la concurrence.

Concernant les inédits en revanche, force est de constater que Salto ne pèse pas bien lourd face à la concurrence. La majorité des programmes “exclusifs” proposés par la plateforme sont en réalité d’abord diffusés sur les chaînes hertziennes. Pour le moment, seuls quelques programmes comme Plus belle la vie, Demain nous appartient ou encore L’Amour est dans le Pré sont disponibles en avant-première sur la plateforme avant leur diffusion.

On s’abonne ?

S’il faut bien admettre que le lancement de Salto nous laissait plutôt sceptiques, la plateforme est pourtant bien pensée, et nous donnerait (presque) envie de nous réconcilier avec la télévision classique. Certes, la majorité des programmes ciblent un public relativement âgé, mais on a tout de même été agréablement surpris de retrouver certaines émissions plutôt sympathiques, et de (re)voir certains films et séries cultes comme Buffy contre les Vampires, qu’on avait injustement délaissés depuis la fin de La Trilogie du samedi sur M6. Si le service de SVOD reste pour l’instant très pauvre en contenus inédits, on ne désespère pas de le voir enrichir son catalogue en proposant de vraies exclusivités. De plus, la possibilité de suivre en direct et en différé les programmes diffusés à la télévision dans une interface regroupant près d’une vingtaine de chaînes s’avère vraiment pratique. Concrètement, si le modèle Salto devenait la nouvelle norme de la télévision hertzienne, le paiement de notre redevance annuelle nous paraîtrait largement plus justifié qu’aujourd’hui.

Car c’est justement là tout le problème de Salto. La faiblesse du service ne réside finalement pas tant dans son contenu que dans son modèle économique. Annoncé à 6,99€ par mois pour un seul écran (9,99€/mois pour deux écrans, et 12,99€/mois pour l’offre “tribu” à 4 écrans), Salto a beau avoir été bien pensé, il n’en demeure pas moins bien en dessous de la concurrence, et notamment de Disney+, qui pour le même prix, propose du contenu original tous les mois, et un catalogue autrement plus conséquent. Un constat qui fait d’autant plus mal à la plateforme français quand on sait que son service de replay, outre le fait d’être plus pratique et centralisé pour l’ensemble des chaînes, est loin de proposer toutes ses séries et programmes en intégralité, y compris lorsqu’il s’agit de créations “maison”, comme Plus belle la vie (France 3) ou Scènes de ménage (M6) par exemple. Ainsi, Salto risque de peiner à trouver son public, qui aura sans doute du mal à débourser 6,99€/mois pour un service qui était jusqu’à présent accessible gratuitement sur les différents services de replay, tandis que les Millennials préfèreront se tourner vers des plateformes plus adaptées à leurs habitudes de consommation et à leurs centres d’intérêt. De notre côté, on entend bien profiter de notre mois d’essai gratuit pour regarder quelques documentaires et profiter d’une poignée de séries et films cultes, mais on sait d’emblée qu’on ne renouvellera pas notre abonnement.

Si vous avez envie de tester, on vous conseille quand même :

  • X-Files
  • Buffy contre les vampires
  • Rocky Balboa (la saga complète)
  • Le chat du rabbin
  • American Psycho
  • Apocalypse
  • Vous avez été hacké
  • French Bashing
  • Ma vie de courgette