Dossier

Ces 5 jeux sortis en 2015 qui n’ont aucun respect

Par Corentin le

La fin d’année est synonyme de tops en tout genre, mais plutôt que de vous fournir mon palmarès (que je vous ai déjà donné de toute...

La fin d’année est synonyme de tops en tout genre, mais plutôt que de vous fournir mon palmarès (que je vous ai déjà donné de toute façon), je vais plutôt faire l’inverse et passer mes 5 plus gros coups de gueule vidéoludiques de cette année. Ce ne seront pas forcément de mauvais jeux, au moins pour l’un d’entre eux, mais plutôt de sales affaires, des mauvaises gestions, voire carrément de véritables foutages de g***les en bonne et due forme.

Bref, en préparation des bonnes résolutions pour 2016, purgeons d’abord 2015 avec ces 5 jeux qui, à mon sens, ont mangé le respect cette année.

5 – Batman: Arkham Knight (PC) : Le jeu qui aurait dû attendre avant de sortir sur PC

Arkham Knight PC retire

Arkham Knight représente le cas particulièrement spectaculaire de ce qui devient malheureusement une tendance : celle des portages PC techniquement ratés des jeux multiplateformes. Entre Call of Duty : Black Ops III ou Just Cause 3, les exemples ne manquent pas en cette fin d’année. Mais Arkham Knight reste l’accident de référence. Sorti en juin sur PC et consoles, le jeu a dû être retiré en catastrophe de Steam à cause de ses performances déplorables par rapport aux versions console. De patch en patch, de communiqué en communiqué, le jeu a finalement repointé le bout de son nez fin octobre, dans une version pas encore débarrassée de toutes ses lacunes.

Cerise sur le gâteau, Warner Bros. a finalement annoncé qu’ils ne seront jamais capables de réparer complètement le jeu. L’éditeur propose même à quiconque a acheté le jeu un remboursement inconditionnel avant la fin d’année. Si c’est votre cas et que vous souhaitez vous faire rembourser, il ne vous reste plus beaucoup de temps !

[nextpage title=”Animal Crossing : Amiibo Festival (Wii U) : le jeu en Free-to-Play qu’on vous vend 40 balles”]

4 – Animal Crossing : Amiibo Festival (Wii U) : le jeu en Free-to-Play qu’on vous vend 40 balles

Animal Crossing Amiibo Festival

Sale année pour Nintendo, car à part les excellents Splatoon et Super Mario Maker, il n’y a rien eu de bien folichon du côté de l’éditeur japonais. Les forces vives du constructeur travaillent d’arrache-pied sur Star Fox Zero et Zelda Wii U (tous deux reportés en 2016), la NX (et les jeux qui iront dessus), et il ne reste plus grand monde pour alimenter le line-up de cette fin d’année, que ce soit sur 3DS ou sur Wii U. Mais qu’à cela ne tienne, Nintendo a fait pas mal de recyclage (notamment avec les très moyens Mario Tennis : Ultra Smash et Animal Crossing : Happy Home Designer) pour remplir les étals pour Noël.

Mais il n’a pas fait que ça. Il a changé ses plans pour un jeu qui aurait dû sortir en free-to-play. Je parle bien entendu d’Animal Crossing : Amiibo Festival, qui, non content de se vendre à plein tarif (avec deux amiibos, certes, mais quand même), se fait littéralement crucifier par la critique, avec une moyenne de 44 %, tant il est mauvais. Quand on sait qu’à l’E3, l’éditeur laissait entendre que ce party game mou du genou aurait dû être gratuit, même si jouable uniquement avec des amiibos compatibles, on a tendance à se dire que cette volée de bois vert était méritée.

[nextpage title=”Hatred (PC) : le pain de C4 mouillé”]

3 – Hatred (PC) : le pain de C4 mouillé

Hatred2

La polémique fait parler, et ça, Destructive Creations l’a bien compris. Le studio a communiqué de manière maligne en pitchant leur jeu ultra violent, portant aux nues cette caractéristique. Ce qui devrait arriver arriva, les indignations ont commencé à poindre, la presse (dont nous) en a parlé et le titre a bénéficié d’une attention toute particulière. Bad buzz is still buzz, pas vrai ? Ajoutez à cela les opinions troubles de certains de développeurs de ce studio polonais et vous obtenez le cocktail parfait pour déclencher polémique sur polémique.

Le jeu fut retiré puis remis sur Steam, fut classifié Adult Only par l’ERSB (une classification rarissime pour un titre sans sexe ou jeu d’argent) ce qui a eu pour effet de lui interdire la moindre sortie console. Du coup, le jeu était attendu de pied ferme par la critique, car s’il était mauvais, si le titre promouvait la violence uniquement pour la violence, ça allait être sa fête.

Au final, vous l’aurez lu dans la critique d’Henri, le jeu est sans intérêt, même pas suffisamment mauvais pour y prendre un plaisir ironique. Malheureusement, ça n’aura pas empêché le jeu de bien se vendre.

[nextpage title=”Tony Hawk’s Pro Skater 5 (PS4/XBO) : Le jeu qui avait une date de péremption”]

2 – Tony Hawk’s Pro Skater 5 (PS4/XBO) : Le jeu qui avait une date de péremption

tony_hawks_pro_skater_5_gamescom_shaded_12

Ah, les questions de droits. Elles sont toujours amusantes surtout quand les contrats ont des clauses d’exclusivités jusqu’à une certaine date. En l’occurrence, le contrat qui liait Activision avec la franchise Tony Hawk expirait cette année. Il fallait donc vite, voire très très vite, sortir un jeu pour profiter une dernière fois de cette licence qui a fait les belles heures du jeu de skate dans la fin des années 90/début 2000.

Et on doit bien vous avouer qu’à la publication des premières images, on avait déjà quelques doutes. C’était sacrément moche, tant dans les aspects techniques que dans la direction artistique. Quelques semaines plus tard, Activision, paniqué, sort une nouvelle salve de captures d’écran, mais avec un peu de cel shading, histoire de faire un peu cache-misère.

Enfin, le jeu sort sur Xbox One ainsi que sur PS4 et… eh ben, c’était une belle catastrophe. Le jeu est non seulement moche, mais le contenu est rachitique et il est truffé de bugs. Un patch arrivera vite avec un communiqué d’excuse de la part de l’éditeur. Quant aux versions old gen dont on pouvait craindre le pire, elles furent repoussées, mais ont finalement réussi à atterrir chez nous ce mois-ci. En dématérialisé par contre. Faut pas pousser non plus.

[nextpage title=”Nintendo Badge Arcade (3DS) : le forain qui veut te détrousser, mais dans ta poche”]

1 – Nintendo Badge Arcade (3DS) : le forain qui veut te détrousser, mais dans ta poche

Nintendo Badge Arcade

Mais qu’il est mignon ce petit lapin ! Et c’est qu’il est drôle en plus ! Comment ? Tu veux que je joue (•◡•)/ gratuitement (•◡•)/ à un jeu d’UFO Catcher afin de gagner des petites icônes qui me permettront de décorer avec goût mon menu HOME ? Mais bien sûr que ça me tente !

Nintendo badge arcade lapin

Sauf que voilà, après quelques parties gratuites offertes gracieusement par ce sympathique, mais néanmoins insistant, lagomorphe, la vérité éclate au grand jour ! Cette mascarade devient payante ! Et c’est que c’est cher en plus : 1 euro pour 5 tentatives ! Une vraie escroquerie ! Si ces tarifs peuvent se justifier dans une fête foraine où vous avez quand même une chance de repartir avec une peluche (il paraît) ici, il ne s’agit que d’icônes perraves dont le seul but est de faire la pub des produits Nintendo. Bref, un jeu pas super bon esprit.

Évidemment, il est possible d’obtenir régulièrement des parties gratuites (notamment grâce à un entraînement quotidien), mais c’est toute la démarche qui est un peu détestable. D’autant que l’icône du jeu s’installe toute seule sur l’écran d’accueil de la 3DS et que toutes les techniques de frustration possibles et imaginables seront utilisées pour vous faire craquer et vous faire dépenser. Pas sympa Nintendo, pas sympa.